Lunette de tir et Balistique simplifiée

Pourquoi du 4.5mm ?



Dès que le projectile quitte la bouche du canon de votre carabine, celui-ci est soumis à l’action de la pesanteur qui l’attire inexorablement vers le sol.
Pour l’exemple prenons un plomb de 4.5mm sa masse est approximativement 0,55g alors qu’un plombs de même type et même marque pèse approximativement 1g.

Si l’on considère la formule bien connue e=1/2 m v2 (énergie=1/2 x masse x vitesse x vitesse) pour développer une énergie de 16 joules le plomb de 4.5mm doit avoir une vitesse de 241m/s alors que le plomb de 5,5mm doit avoir une vitesse de 179 m/s.

Une autre façon d’appréhender le problème, est de dire que pour une énergie de 16 joules, la vitesse d’un plomb de cal .22 n’est que de 70% de la vitesse d’un plomb cal 177.
Si la limitation en FT portait sur est de la vitesse, les deux trajectoires seraient relativement semblables. Mais en FT c’est l’énergie qui est limité, ce qui fait que la trajectoire est un peu moins courbe pour calibre .177 comme le montre le graphe à droite :





 

Le graphe (fig. 1) nous montre les trajectoires des plombs lorsque ceux-ci sont tirés à partir d’un canon placé à l’horizontale.
Dans notre cas, il se produit une chute verticale de 25cm à 45 cm sur une distance de tir de 50m.
C’est énorme et ca nous prouve bien qu’il faut absolument connaître la distance de tir et la trajectoire théorique du projectile afin de compenser cette chute.
Cet exemple ne tient pas compte d’un potentiel élément de visé.

Si l’on considère un élément de visé :

Si vous installez une lunette de tir sur votre carabine, l’axe de cet élément de visé sera forcement éloigné de l’axe du canon et donc de la trajectoire initiale du projectile.
C’est l’axe de la lunette qui défini la ligne de visé appelé LOS (line of sight)
Si nous voulons que le point visé a travers la lunette correspondent au point touche sur la cible, il faut compenser la chute verticale du projectile, autrement dit tenir compte de la trajectoire de celui-ci.
La ligne de visée ne pourra pas être parallèle au canon. Il faut que la visée à travers la lunette nous force à tirer plus haut que le point d’impacte désiré (POI).
Regardons ce que cela donne avec notre projectile de 4,5mm et une lunette dont l’axe de visé sera distant de 5 cm de l’axe du canon.

Sur le graphe à droite :



On peut remarquer le point d’intersection des 2 courbes à 23 mètres, ce qui correspond à notre cas au « Point Visé point Touché » ou point d’impacte également appelé POI.

Si avec ce réglage de lunette vous essayer de viser un point à 50m, par exemple, alors dans ce cas le point d’impacte sera environ 9 cm trop bas.





 

Fig.1: Pour une même énergie de départ, le calibre .22 décrit une trajectoire plus courbe.

Fig.2: 

En bleu la ligne de visée (LOS)

En rouge la trajectoire du plomb.

press to zoom

press to zoom
1/1

press to zoom

press to zoom
1/1

Fig.3: 

 

press to zoom

press to zoom
1/1

 

Le graphe à droite (fig3) nous montre une autre façon de voir les choses, en effet dans ce cas la ligne de visée est horizontale (en rouge). La trajectoire débute à moins 5 cm par rapport à la ligne de visée ce qui correspond à la hauteur de montage de la lunette (en fait c’est l’entraxe lunette canon.)



En Field Target, la contre visée verticale que ce soit vers le haut ou vers le bas est rarement utilisée, sauf peut être pour les distance inférieure à 10-11 m (et ce afin d’éviter de trop cliquer).



En général, les tireurs préfèrent effectuer la correction de hausse en agissant sur la tourelle d’élévation de la lunette. Cette méthode est plus rigoureuse et permet de toujours prendre le point de visé au centre du réticule sans se poser de question.
Le réglage initial de la lunette ou (zérotage) doit se faire comme sur le graphe 3.
Il faut que l’apogée de la trajectoire tangente la ligne de visée.
Dans ce cas les corrections verticales à effectuer en fonction de la distance se font toujours dans le même sens de rotation.


Dans notre cas pour les distances de 0 à 23 m il faut corriger de +5 cm à 0 cm et pour les distances de 23m à 50m m il faut corriger de 0cm à +8,7cm.



Remarque : Les corrections sont toutes positives !

Avantages : si l’on a pris la précaution de régler mécaniquement la tourelle en butée pour la distance de zérotage, il sera toujours possible de retrouver ce réglage sans avoir besoin de se souvenir de combien de click on a précédemment tourné la tourelle.
C’est une sécurité non négligeable au cours d’un match.



 

Fig.4: 

 

press to zoom

press to zoom
1/1


Sur la distance qui va de 7m à 12m le plomb aura parcouru verticalement 1,29cm qui nécessite une correction de 35 clicks.


Sur la distance qui va de 45m à 50m le plomb aura parcouru verticalement de 2,98cm qui nécessitent une correction de 7 clicks.


Nous pouvons remarquer :


- Que pour une variation de distance identique, la correction verticale à apporter n’est absolument pas la même.


- Que la possibilité de correction sur la plage de distance 45-50m est beaucoup moins précise 0,425cm/click dans ce cas, contre 0,037cm/click en début de trajectoire.

Nous avons vu précédemment que l’évaluation de la distance était d’autant moins aisée que la cible était éloignée.


Si en plus on considère que la correction verticale est 11 fois moins précise, il devient évident qu’il faut être extrêmement rigoureux lors de l’étalonnage de notre lunette et surtout dans la plage de 45-50 mètres.









Robert (Field Target.fr)